Alors que la Suisse quitte Haïti, les ONG suisses se battent pour rester

<img src="https://www.swissinfo.ch/resource/image/48449888/landscape_ratio3x2/280/187/8e7806b4bc88666705c2240eb8cbbfc9/EC9E1E7D74FA9B112CC2B2AB12177303/552868635_highres.jpg" alt="Des élèves passent devant <a href="https://www.mabulle.org/faut-il-utiliser-le-lonely-planet-guide-du-routard/ »>lors d'une manifestation à <a href="https://www.mabulle.org/15-informations-utiles-<a href="https://www.mabulle.org/voyager-avec-<a href="https://www.mabulle.org/comment-<a href="https://www.mabulle.org/visa-vacances-<a href="https://www.mabulle.org/quelle-<a href="https://www.mabulle.org/exigences-pour-entrer-au-chili-documents-et-permis/ »>est-la-meilleure-periode-pour-voyager-au-chili/ »>travail-quest-ce-que-cest-et-comment-ca-marche-pour-les-chiliens-blog/ »>les-ambassades-evaluent-la-securite-au-chili/ »>les-traditions-italiennes/ »>pour-voyager-de-santiago-a-la-carretera-austral-en-voiture/ »>Port-au-Prince, <a href="https://www.mabulle.org/<a href="https://www.mabulle.org/12-lieux-epiques-au-chili-<a href="https://www.mabulle.org/de-quoi-ai-je-besoin-pour-voyager-en-europe-en-<a href="https://www.mabulle.org/combien-cela-coute-t-il-de-voyager-en-italie-depuis-le-mexique-de-combien-dargent-ai-je-besoin/ »>cas-de-pandemie-depuis-le-chili/ »>que-vous-devriez-visiter-en-2022/ »>que-<a href="https://www.mabulle.org/quelles-sont-<a href="https://www.mabulle.org/<a href="https://www.mabulle.org/decouvrez-le-meilleur-du-chili-de-largentine-et-de-luruguay-avec-un-petit-<a href="https://www.mabulle.org/ministere-chilien-des-affaires-etrangeres-3/ »>budget-photos-allez/ »><a href="https://www.mabulle.org/le-gouvernement-du-chili-accorde-lurgence-a-16-projets-de-securite/ »>les-exigences-pour-voyager-de-lespagne-au-chili/ »>les-conditions-pour-voyager-en-espagne-en-tant-que-touriste/ »>voir-en-italie-attractions-et-lieux-a-visiter-en-italie-2023-guiaviajesa-com/ »><a href="https://www.mabulle.org/quelles-sont-<a href="https://www.mabulle.org/15-raisons-dinclure-le-chili-dans-votre-liste-de-voyageghl-hotels/ »>les-principales-difficultes-rencontrees-<a href="https://www.mabulle.org/la-premiere-analyse-mondiale-complete-des-restrictions-de-voyage-et-des-fermetures-de-frontieres-imposees-par-le-covid-19-mesure-les-impacts-futurs-sur-la-mobilite/ »>par-les-refugies-et-migrants-venezueliens-dans-les-caraibes/ »>Haïti" title="Les rues de la <a href="https://www.mabulle.org/7-raisons-de-voyager-au-chili-un-pays-dune-immense-beaute/ »>capitale haïtienne Port-au-Prince ont été le théâtre de manifestations civiles de masse et d'affrontements entre <a href="https://www.mabulle.org/le-mim-celebrera-la-semaine-de-lastronomie-avec-de-multiples-activites/ »>gangs armés ces derniers mois. Les gangs contrôlent désormais plus de la moitié de la ville et les meurtres et les enlèvements sont en augmentation. (Copyright 2023 The Associated Press. Tous droits réservés) » class= » » aria-hidden= »true » width= »880″ height= »587″ loading= »lazy »/>

Les rues de la capitale haïtienne Port-au-Prince ont été le théâtre de manifestations civiles de masse et d’affrontements entre gangs armés ces derniers mois. Les gangs contrôlent désormais plus de la moitié de la ville et les meurtres et les enlèvements sont en augmentation. Droits d’auteur 2023 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés

La <a href="https://www.mabulle.org/une-ave-est-elle-necessaire-pour-un-enfant-voyageant-au-canada/ »>Suisse met fin à l’aide bilatérale au développement en Haïti. Mais cela n’empêche pas les ONG suisses de poursuivre leur travail alors que l’île des Caraïbes se dirige vers l’effondrement.

Ce contenu a été publié le 24 avril 2023




Attachée aux détails, Géraldine est arrivée sur swissinfo.ch en 2014 pour étudier les rumeurs sur les réseaux sociaux dans le cadre d’un projet de recherche collaboratif connu sous le nom de Pheme. Elle coordonne désormais le dossier Fact Checks by swissinfo.ch couvrant les (fausses) déclarations sur la Suisse et continue de suivre la piste de la désinformation en ligne.

La rentrée scolaire en cours en Haïti ne ressemble à aucune autre que le pays ait connue de mémoire récente. Après plusieurs semaines de retard dû à la violence des gangs, les écoles ont finalement ouvert leurs portes en octobre, pour devenir la cible de pillages par des groupes armés. Ce fut le cas pour un lycée de Pétion-Ville, une banlieue de la capitale Port-au-Prince.

« Les <a href="https://www.mabulle.org/7-blogueurs-chiliens-nous-montrent-que-cest-possible/ »>enfants étaient assiégés », se souvient Guerty Aimé, coordinatrice Haïti de l’ONG suisse Terre des Hommes. Elle dit que les cours ne pouvaient avoir lieu que sporadiquement <a href="https://www.mabulle.org/que-voir-en-italie-le-voyage-ma-fait/ »>mais que les parents continuaient d’envoyer leurs enfants malgré les risques. Les choix sont simples : « Soit tu vas à l’école, soit tu rejoins un gang », explique Aimé, alors que les groupes criminels recrutent activement des mineurs.

Avec des gangs prenant le contrôleLien externe de plus de la moitié de la capitale et empiétant sur d’autres parties de l’île, la violence armée contre les écoles a été multipliée par neufLien externe l’année dernière, rapporte l’ONU. Des quartiers entiers vivent dans la peur. Les meurtres et les enlèvements se multiplient. L’épidémie de choléra d’octobre dernier, associée à des troubles sociaux généralisés alimentés par le mécontentement à l’égard du gouvernement, n’a fait qu’empirer les choses. « Les gens négocient quotidiennement leur survie », dit Aimé.

Au milieu de <a href="https://www.mabulle.org/tout-ce-que-tu-as-besoin-de-savoir/ »>cette situation précaire, le sixième État donateur du pays, la Suisse, poursuit <a href="https://www.mabulle.org/exigences-dimmigration-et-dentree-sanitaire-au-chili-juillet-2022/ »>ses plans de retrait d’Haïti à la suite d’une décision de 2020 de mettre fin à toute aide bilatérale au développement en Amérique latine et dans les Caraïbes. Elle accélère même son retrait d’Haïti en raison des risques sécuritaires sur le terrain : les financements prendront fin fin 2023, un an plus tôt que prévu.

«Cela implique une réduction importante des ressources financières de la Suisse mises à disposition pour le développement d’Haïti», explique Elisa Raggi, porte-parole du ministère suisse des Affaires étrangères.

En 2020, le gouvernement avait suggéré que se concentrer sur moins de régions – l’Afrique subsaharienne, l’Asie, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient et l’Europe de l’Estserait une utilisation plus efficace de l’aide au développement. Mais des critiques, dont le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit au développement, ont fait part de leurs inquiétudesLien externe que la Suisse fonde ses décisions de financement sur ses intérêts à long terme plutôt que sur l’objectif de réduction de la pauvreté.

Des dizaines de projets bilatéraux en Haïti sont en jeu, dans des domaines tels que la productivité agricole, les réformes économiques et la bonne gouvernance, que la Suisse finance à hauteur de 10 millions de francs (10,2 millions de dollars) en 2023.

La Suisse est le sixième donateur public d’Haïti, derrière les États-Unis, le Canada, la France, l’Espagne et les institutions de l’Union européenne. En 2021, la France a décidé d’augmenter son aide au développement pour atteindre 0,55% de son PIB et de recentrer cette aide sur son ancienne colonie Haïti, entre autres pays.

Au total, Haïti reçoit environ 1 milliard de francs suisses d’aide étrangère par an, mais les résultats ont été mitigés, selon l’agence suisse de développement.

La situation en Haïti est fragile depuis le tremblement de terre de 2010 qui a dévasté une grande partie du pays mais s’est aggravée depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021. Les groupes armés sont estimés à environ 200 et se livrent à diverses activités criminelles, notamment l’intimidation, l’extorsion, trafic de drogue et blanchiment d’argent.

Sources : DDC, Police étrangère

Fin d’insertion

À partir de 2024, son engagement bilatéral passera du développement à l’aide humanitaire, pour répondre aux besoins <a href="https://www.mabulle.org/pass-mobilite-au-chili-tout-ce-quun-voyageur-doit-savoir/ »>immédiats tels que la nourriture et l’eau et améliorer la réponse aux catastrophes. L’ambassade de Port-au-Prince a déjà été remplacée par un bureau d’aide humanitaire. Mais cette aide ne sera pas à la hauteur de son budget de développement : les fonds humanitaires pour 2024 seront de 5,9 millions de francs, soit l’équivalent d’un peu plus de la moitié du budget de développement 2023.

Le retrait de la Suisse intervient alors que l’économie haïtienne est dans une situation désespérée, après avoir diminué pendant trois années consécutives. Les groupes d’aide préviennent qu’Haïti, le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, est sur le point de s’effondrer. La crise actuelle signifie que « les gains passés en matière de réduction de la pauvreté ont été annulés », selon la Banque mondialeLien externe. Même la Direction du développement et de la coopération (DDC) suisse a reconnuLien externe dans un rapport que les effets de l’aide internationale au développement, qui représente environ 10 % du PIB d’Haïti, « sont difficiles à voir ».

<img src="https://www.swissinfo.ch/resource/image/48450024/landscape_ratio3x2/280/187/bfda8a885726ff5b5da6b1f7d1c92685/E8844FD8478644E4053E0500EEA531EB/551110200_highres.jpg" alt="Homme marchant au centre-ville de Port-au-Prince, Haïti" title="En Haïti, le pays le plus pauvre de l'hémisphère occidental, les actions de développement à long terme telles que la génération de revenus et la formation professionnelle restent tout aussi vitales que l’aide humanitaire, déclare Conor Walsh, directeur pays Haïti chez Caritas Suisse. (Keystone / Johnson Sabin) » class= » » aria-hidden= »true » width= »580″ height= »387″ loading= »lazy » />

En Haïti, le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, les actions de développement à long terme telles que la génération de revenus et la formation professionnelle restent tout aussi vitales que l’aide humanitaire, déclare Conor Walsh, directeur pays Haïti chez Caritas Suisse. Clé de voûte / Johnson Sabin

Mais la Suisse insiste sur le fait qu’elle n’abandonne pas le peuple haïtien. La DDC s’est engagée à une sortie progressive et « responsable ». Il continuera à financer le développement d’Haïti par des canaux multilatéraux, selon Raggi, bien qu’elle ne divulgue pas de montant. La Suisse continuera également en tant que membre du conseil d’administration de la Banque interaméricaine de développement, la principale source de financement multilatéral pour les pays les plus vulnérables de la région, a déclaré Raggi.

Pour Caritas Suisse, qui gère plusieurs projets financés par la Suisse en Haïti, le changement d’orientation de la Suisse n’est pas nécessairement déplacé, compte tenu des multiples crises auxquelles sont confrontés les Haïtiens.

« Le maintien d’une présence humanitaire est absolument essentiel et bienvenu », déclare Conor Walsh, directeur national de l’ONG en Haïti. Mais Caritas, qui fait à la fois du travail humanitaire et du développement, pense que l’un doit mener à l’autre. « Le travail humanitaire doit toujours avoir une perspective à plus long terme pour renforcer la capacité d’une communauté à se rétablir, à se reconstruire et finalement à retrouver son bien-être économique et social », déclare Walsh.

L’un des projets menés par Caritas propose une formation professionnelle et un renforcement des normes de qualité principalement dans le secteur de la construction. Le financement suisse arrivant à son terme, l’organisation a repensé le programme pour qu’il se termine cette année après un peu plus de quatre ans, au lieu de se poursuivre pendant deux phases supplémentaires comme prévu initialement.

Le groupe à but non lucratif recherche maintenant de nouveaux donateurs pour financer ces prochaines phases, ainsi qu’un autre projet, qui aide les agriculteurs du nord-ouest du pays à augmenter la productivité agricole et à produire des cultures plus durables. La DDC a proposé de soutenir l’ONG dans sa recherche, en lui facilitant l’accès à des sources de financement potentielles, tout comme Raggi dit qu’elle le fait pour d’autres projets qu’elle a financés jusqu’à présent.

<img src="https://www.swissinfo.ch/resource/image/48449726/landscape_ratio3x2/280/187/f27c9ab68f5373dd659593d16e157bbc/58AB62150ED5AD87DD614B7C98E33568/thumbnailq8bxhljw.jpg" alt="Rire des écoliers en Haïti" title="Avec l'augmentation de la violence des gangs ciblant les écoles, l'ONG suisse Terre des Hommes et ses partenaires locaux s’efforcent de maintenir les écoles ouvertes et sûres pour les enfants, comme ces élèves à Léogâne, à l’ouest de Port-au-Prince. (Terre des Hommes Suisse) » class= » » aria-hidden= »true » width= »580″ height= »387″ loading= »lazy » />

Avec l’augmentation de la violence des gangs ciblant les écoles, l’ONG suisse Terre des Hommes et ses partenaires locaux s’efforcent de maintenir les écoles ouvertes et sûres pour les enfants, comme ces élèves à Léogâne, à l’ouest de Port-au-Prince. Terre des Hommes Suisse

Pour Terre des Hommes, qui promeut l’accès à l’éducation en Haïti, la fin de l’engagement suisse n’aura aucun impact sur les opérations quotidiennes puisqu’elle reçoit un financement de Berne pour l’ensemble de son ensemble de programmes à travers le monde, plutôt que pour des projets individuels ou pays, précise son secrétaire général, Christophe Roduit.

Mais si les fonds de l’ONG ne sont pas affectés par le retrait suisse, Terre des Hommes a toujours des soucis financiers en Haïti. Avec 40% d’inflationLien externe et les pénuries de carburant exacerbant les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les prix des biens de consommation courante ont explosé – au point que même les repas scolaires sont devenus coûteux à fournir, explique Aimé de Terre des Hommes.

« Donc, même si nous obtenons toujours [financial] soutien à nos programmes, disons que les besoins ont changé et se sont multipliés », explique-t-elle.

L’ONG, cependant, persévère à travers ces défis. Il s’appuie désormais davantage sur ses partenaires locaux pour maintenir ouvertes la plupart des 17 écoles qu’il aide à faire fonctionner. La priorité est d’assurer la sécurité des enfants sur le chemin de l’école et une fois sur place.

Caritas est également déterminée à rester, même si son travail a été affecté non seulement par le retrait de la Suisse, mais aussi par la violence en cours. Walsh gère désormais les opérations depuis la République dominicaine voisine. Les 35 employés locaux de l’organisation ne se rendent au bureau de Port-au-Prince que lorsque les conditions de sécurité le permettent et travaillent autrement à domicile – lorsque l’internet et l’électricité sont disponibles. Les partenaires locaux de Caritas, en revanche, ont été touchés lors de pillages persistants en septembre dernier.

« Ils se sont fait voler tout – absolument tout – dans leurs bureaux et ont dû redémarrer », explique Walsh.

<img src="https://www.swissinfo.ch/resource/image/48449860/portrait_ratio3x4/380/506/ab0a48d8e5aa0b620c4122276905674f/EBE2D25A705663369904F337A12264E6/terra-preta-1-st-louis-dn-guetchine.jpg" alt="Agriculteur travaillant à Saint Louis du Nord, Haïti" title="A Saint Louis du Nord, Caritas et ses partenaires locaux aident les agriculteurs à augmenter leur production agricole. Ici, un agriculteur ajoute des résidus de culture dans un fossé de terra preta (un sol sombre et fertile), où ils seront transformés en compost riche en nutriments. (Evale Guetchine) » class= » » aria-hidden= »true » width= »380″ height= »506″ loading= »lazy » />

A Saint Louis du Nord, Caritas et ses partenaires locaux aident les agriculteurs à augmenter leur production agricole. Ici, un agriculteur ajoute des résidus de culture dans un fossé de terra preta (un sol sombre et fertile), où ils seront transformés en compost riche en nutriments. Evale Guetchine

Malgré ces difficultés, le projet du groupe dans le nord-ouest a vu la construction de routes et les agriculteurs ont continué à produire des cultures – principalement, selon Walsh, grâce à la résilience des agriculteurs et du personnel local. Mais il est également en retard sur le calendrier. L’équipe a été forcée d’abandonner certaines parties du projet en raison de difficultés à obtenir les matériaux à temps, explique Walsh. Les déplacements hors de la capitale ne sont désormais possibles que par voie <a href="https://www.mabulle.org/traversee-vers-le-chili-en-voiture-tunnel-international-cristo-redentor/ »>aérienne en raison des troubles sociaux et des postes de contrôle armés mis en place par les gangs.

Face à tous ces obstacles et besoins croissants, l’ONU et ses partenaires ont doublé leur appel de financement pour Haïti par rapport à 2022 à 715 millions de dollars, et appellent la communauté internationale à ne pas abandonner l’île.

« Nous ne pouvons pas voir la lumière au bout du tunnel – de cette crise – et cela peut provoquer une certaine [donor] la fatigue et ralentissent la générosité », explique Roduit. « C’est tout à fait compréhensible. Mais c’est précisément parce que nous sommes peut-être dans la partie la plus sombre de ce tunnel qu’il faut agir.

Alors que de nombreux problèmes du pays sont difficiles à résoudre, Walsh dit qu’une chose est claire : « Haïti est tout simplement trop vulnérable pour être laissé à lui-même.

Edité par Virginie Mangin

Conforme aux normes JTI

Conforme aux normes JTI

En savoir plus: SWI swissinfo.ch certifié par la Journalism Trust Initiative

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.