Voyage en mer à bord du seul train centenaire du Chili

<img class="_re a_m-h" height="277" width="414" loading="eager" src="https://imagenes.elpais.com/resizer/edu2DiEDNOgTCbdxJ18gCukx3pc=/414×0/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/prisa/PZ2TUJ2XVBHORPHSMLL3GMGIWA.jpg » />
Les <a href="https://www.mabulle.org/<a href="https://www.mabulle.org/voyage-au-perou-bolivie-et-chili-visiter-laltiplano/ »>que-<a href="https://www.mabulle.org/voyager-avec<a href="https://www.mabulle.org/que-voir-au-chili-selon-les-blogueurs-de-voyage-chiliens/ »>les-traditions-italiennes/ »>faire-avant-de-partir-a-letranger/ »><a href="https://www.mabulle.org/excursions-depuis-rome-10-destinations-a-visiter-en-train/ »>passagers du « Train du souvenir » <a href="https://www.mabulle.org/voyage-argentine-pas-cher-vacances-argentine-des-2163-e/ »>dans l’un <a href="https://www.mabulle.org/restrictions-de-voyage-vers-la-france-centre-daide/ »><a href="https://www.mabulle.org/%e2%9c%94%ef%b8%8f-voyager-en-taxi-avec-<a <a href="https://www.mabulle.org/la-securite-au-chili-est-il-sur-de-voyager/ »>href="https://www.mabulle.org/organiser-un-voyage-au-chili-kris-autour-du-<a href="https://www.mabulle.org/quelles-sont-<a href="https://www.mabulle.org/organiser-un-voyage-au-chili-kris-autour-du-monde/ »>les-principales-difficultes-rencontrees-par-les-refugies-et-migrants-venezueliens-dans-les-caraibes/ »>monde/ »>des-bebes-ou-des-<a href="https://www.mabulle.org/entre-le-chili-la-suisse-et-la-suede-nicolas-cerda-voulait-une-formation-internationale-et-il-la-obtenue-a-luai/ »>enfants-conseils-<a href="https://www.mabulle.org/4-destinations-au-chili-<a href="https://www.mabulle.org/que-voir-a-santiago-du-chili-visite-a-pied-en-une-journee/ »>pour-passer-les-vacances-dete-a-bon-prix-tourisme-voyage/ »>pour-le-transport-en-2023/ »>des wagons centenaires de première classe, en direction de San Antonio.sofia yanjar

La destination du billet de train de la chilienne Elda Escobar est le port de San Antonio, à 110 kilomètres à l’ouest de Santiago. Cependant, <a href="https://www.mabulle.org/que-voir-au-chili-ce-que-vous-devez-savoir-pour-votre-prochain-voyage/ »>une <a href="https://www.mabulle.org/conditions-dentree-au-mexique/ »>fois à bord, la femme de 88 <a href="https://www.mabulle.org/comment-obtenir-le-visa-chilien-pour-les-venezueliens-exigences-procedures-et-delais/ »>ans effectuera un voyage de la gare centrale à son enfance. Cet itinéraire a marqué <a href="https://www.mabulle.org/vol-<a href="https://www.mabulle.org/conseils-<a href="https://www.mabulle.org/visa-porto-rico-pour-les-citoyens-chiliens/ »>pour-visiter-le-chili-gratuitement/ »>pas-cher-pour-le-chili-a-partir-de-690-e/ »><a href="https://www.mabulle.org/voyage-x-chili-la-plateforme-<a href="https://www.mabulle.org/12-des-plus-belles-maisons-de-champagne-de-france/ »>qui-cherche-a-rendre-visible-loffre-touristique-qui-a-ete-preparee-pour-le-moment-de-la-reactivation-du-voyage/ »>les générations de la capitale dans la première moitié du XXe siècle, qui ont inauguré le chemin de fer touristique jusqu’à la plage. Produit de plusieurs années d’abandon de l’État et du boom des bus, la ligne a cessé de fonctionner dans les années 80, sous la <a href="https://www.mabulle.org/latam-lance-un-programme-pour-<a href="https://www.mabulle.org/il-est-arrive-du-chili-par-peur-de-rencontrer-des-gens-crus-et-fiers-et-a-fini-par-vivre-un-voyage-inoubliable/ »>que-les-passagers-puissent-compenser-lempreinte-carbone-de-leurs-voyages-mining-report/ »>dictature de Pinochet, lorsque plus d’un tiers des chemins de fer ont disparu. « Ces paysages, ces animaux… Je ne les ai pas vus depuis que je suis petit« , s’enthousiasme ce samedi Escobar en regardant par la fenêtre. « Bien qu’avant il y avait beaucoup plus de terrain, maintenant tout est construit », ajoute le voyageur dans le plus ancien wagon en activité du Chili, qui fête cette année son centenaire.

Le Chili, pays le plus long du monde avec 4 300 kilomètres de côtes, dispose d’une couverture ferroviaire de quelque 800 kilomètres et divers projets sont en cours pour prolonger les voies. Il train de mémoire Il a été inauguré il y a 10 ans avec une vocation touristique. Au départ, il ne fonctionnait qu’une fois par mois pendant l’été (janvier et février au Chili), mais la forte demande l’a conduit à fonctionner tous les samedis de l’année et, lorsque les 460 sièges sont épuisés -comme cela s’est produit cette semaine de week-end-, ajouter dimanche. Ils ne vendent que des billets aller-retour et les valeurs varient entre 35 et 55 dollars, dépendant en grande partie de l’âge du wagon choisi, qui date de 1923 à 1966.

<img alt="Les passagers Luis González, 77 ans, et Cristina Bórquez, 60 ans. » class= »_re lazyload a_m-h » height= »277″ width= »414″ loading= »lazy » src= »https://imagenes.elpais.com/resizer/Wn_FrSsQdiRX6kIHHa-RzazXJcI=/414×0/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/prisa/YBHRT4245VF3XFPNPNAI7VKM3U.jpg » />
Les passagers Luis González, 77 ans, et Cristina Bórquez, 60 ans.
sofia yanjar

L’Association chilienne pour la conservation du patrimoine ferroviaire a initialement investi 100 000 dollars pour récupérer et restaurer ces wagons historiques sur la route Santiago-San Antonio qui, grâce au groupe EFE (State Railway Company), ont retrouvé le transit. De ceux construits en 1923, il ne reste que la première classe, avec des sièges en similicuir recouverts de velours côtelé bordeaux, des fenêtres à <a href="https://www.mabulle.org/comment-eliminer-les-mauvaises-odeurs-dune-maison-sans-produits-chimiques/ »>pans de bois surmontées de vitraux d’époque et des lampes tulipes suspendues au plafond.

La majeure partie du voyageur peigne les cheveux gris. Plusieurs portent des masques et cette marche est la première qu’ils font depuis la pandémie. Parmi les dizaines de personnes consultées pour ce rapport, la raison pour laquelle elles ont décidé d’entreprendre le voyage a été répétée à maintes reprises : un fils ou une fille leur a offert le billet en cadeau. Il y a des passagers qui partent en couple ou accompagnés de ceux qui leur ont donné le billet, et d’autrespeut-être les plus enthousiastes- font le voyage avec leurs petits-enfants en bas âge.

« Ma fille n’avait jamais voyagé en train, c’est sympa de faire quelque chose pour la première fois avec elle en tant qu’adulte » ; « Mes parents m’emmenaient tous les étés à la plage sur cette route, peut-être dans ce même wagon » ; « Mes petits-enfants rêvaient de monter dans un train. Et moi aussi »; « Nous étions tellement anxieux hier comme des enfants », ont commenté les passagers avec les récoltes de noyers, d’orangers ou d’oliviers en toile de fond. Les témoignages concordent avec les chiffres de l’EFE, qui montrent que l’âge moyen du voyageur se situe entre 55 et 65 ans (67% de femmes, 33% d’hommes), mais celui de ceux qui achètent les billets se situe entre 35 et 45 ans, ce qui implique qu’ils les donnent à leurs aînés.

Vue extérieure du « Train du Souvenir ».sofia yanjar

Quelque chose qui se répète parmi les nostalgiques est la <a href="https://www.mabulle.org/la-criminalite-effraie-le-chili-qui-fait-face-a-la-pire-crise-securitaire-dune-democratie/ »>façon dont le champ s’est estompé de sa verdure. Et c’est qu’en trois heures et demie de trajet (en bus c’est 1h40), plusieurs des crises qui gangrènent le pays passent par la fenêtre, comme la sécheresse de 13 ans ou la crise du logement. Surtout à la sortie de Santiago, on peut voir des habitations ou des matelas, des couvertures et des ordures abandonnés sur le rivage de la voie ferrée.

Les images les plus crues contrastent avec l’effet produit par le passage du train à travers les villes. De la locomotive, l’entrée est signalée par des cloches et des klaxons qui arrêtent toute activité du samedi. Les gens freinent leurs vélos, posent le ballon de soccer au milieu du match ou ignorent le gril. Il semble qu’il n’y ait que deux manières de réagir : soit sortir rapidement le mobile pour capter le passage des huit wagons, soit saluer avec effusion les passagers. Peu importe votre âge ou si derrière vous se trouve une maison construite avec des palettes ou une ferme. Le visage de tout le monde s’illumine lorsqu’ils le voient apparaître, comme si un vieil ami était passé à l’improviste ou qu’ils venaient de recevoir une bonne nouvelle.

Deux femmes et deux enfants saluent les passagers du « Train du Souvenir », à Santiago, le 21 janvier 2023. sofia yanjar

Le chauffeur de 60 ans Hugo Salgado, qui voit tout du premier rang, trouve le rituel d’accueil « inestimable ». « Les gens tombent amoureux des trains. Les automobilistes baissent les vitres, klaxonnent, les gens courent prendre des photos… », décrit-il. Salgado, diplômé en mathématiques, est entré dans l’histoire en 1984. L’EFE a ouvert des candidatures pour « mobilisation et traction » et lui, sans savoir ce que cela signifiait, a été l’un des 75 sélectionnés parmi les 4 000 candidats. « Quand ils m’ont mis pour la première fois conduire des trains, je me suis perdu dans l’infini », raconte-t-il dans la locomotive.

La passion de Salgado a affronté la grande crise ferroviaire des années quatre-vingt. « C’était très triste. Chaque jour, de nouveaux services étaient supprimés, fermant des succursales, réduisant les ressources. Nous travaillions dans des conditions extrêmement mauvaises, il n’y avait pas d’essuie-glace, pas de lumière dans la cabine, et les locomotives pleuvaient… Je pense qu’EFE a été entretenue par le romantisme de ses employés. Ils travaillaient 15-20 heures, ils étaient payés 8 et ils n’abandonnaient pas le navire », souligne-t-il. Alors qu’il transportait des passagers depuis 11 ans, le transport de fret a été privatisé et Salgado a déménagé dans cette zone au sein de la société Transap. « C’était très tentant sur le plan monétaire », avoue-t-il. En raison de la pénurie de locomotives EFE pour les transferts de passagers, la société d’État a contracté les services de Transap et Salgado est revenu pour emmener les touristes.

Hugo Salgado, ingénieur des trains.
Hugo Salgado, ingénieur des trains.sofia yanjar

Pour le conducteur, ce romantisme pour les trains a disparu depuis plusieurs décennies, mais il l’a vu renaître ces dernières années. Le tournant est aligné sur le <a href="https://www.mabulle.org/vacances-dhiver-plus-de-15-million-de-passagers-transiteront-par-laeroport-de-santiago-et-plus-de-47-millions-de-voyages-sont-prevus-au-chili/ »>Plan national de développement des chemins de fer, annoncé en 2019 par le président de l’époque, Sebastián Piñera, et que le gouvernement de Gabriel Boric promeut également fortement. L’objectif pour 2027 est de tripler le nombre de passagers transportés, à 150 millions, et de doubler le fret, à 20 millions de tonnes.

Parmi les différents projets ferroviaires en cours, le dernier annoncé par Boric est le train tant attendu Santiago-Valparaíso, une proposition qui a suscité une certaine controverse depuis que le tracé a été défini il y a deux semaines. Non seulement les voyageurs s’attendent à ce que cela se produise, mais ils espèrent être en vie quand cela se produira. « Le train est le seul moyen de transport capable d’unir un pays », confie un octogénaire après une intense journée de marche.

Les passagers du Tren del Remembrance sont montés à bord à 9 heures du matin, ont pris le petit déjeuner et ont chanté avec un musicien qui se promenait en chantant des classiques des années soixante-dix. Vers midi, les centaines de passagers sont arrivés au port de San Antonio, où ils ont eu quatre heures pour explorer la crique, se restaurer et faire des emplettes avant de regagner leurs wagons respectifs.

Le retour est silencieux, la plupart endormis épuisés au rythme du grincement des rails d’acier. Mais d’une manière ou d’une autre, le mouvement du train les berce et, comme les enfants qui étaient autrefois dans ces wagons, ils dorment paisiblement.

Une fille regarde par la fenêtre du train.
Une fille regarde par la fenêtre du train.sofia yanjar

Abonnez-vous ici pour bulletin d’EL PAÍS America et recevez toutes les informations clés sur l’actualité de la région

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.